Comment intégrer la boxe française comme sport de combat en EPS ?

Envie de faire découvrir une nouvelle APSA à vos élèves ? Profitez de l’hiver et du retour forcé en salle pour les initier à la boxe française !
Envie de faire découvrir une nouvelle APSA à vos élèves ? Profitez de l’hiver et du retour forcé en salle pour les initier à la boxe française !
Sommaire
Pourquoi choisir la boxe française ?

Comment initier les élèves ?

Les besoins matériels

Hiver oblige, vous vous apprêtez très certainement à prendre la direction du gymnase du collège pour vos cours de sport. Et si, plutôt que de proposer les habituels tennis de table, basket-ball et handball, vous surpreniez vos élèves en les initiant à la boxe française ? Entre ses bienfaits pour le corps, le mental et son esprit ludique, ce sport de combat a toutes les chances de les séduire !

Pourquoi choisir la boxe française ?

Aussi appelée Savate, la boxe française est un sport d’opposition où chaque adversaire doit toucher l’autre plus de fois qu’il ne se fait toucher. Pour cela, les combattants, dénommés tireurs chez les hommes et tireuses chez les femmes, n’ont le droit qu’aux poings et aux pieds (pas de coudes, de genoux ou de tibias). Cette spécificité constitue la principale différence de la discipline avec sa rivale de toujours : la boxe anglaise, où seuls les poings sont autorisés.

Très esthétique, la boxe française est une discipline technique idéale pour affûter le corps et renforcer son mental. Parmi ses bienfaits physiques : une sollicitation quasi générale des muscles (mollets, cuisses, abdos, bras, fessiers...), une agilité et une mobilité renforcée ainsi qu’un travail cardio- respiratoire qui améliore l’endurance.

Côté mental, la boxe française est un véritable exutoire. On peut y libérer tout son stress et acquérir davantage de confiance en soi. À cela s’ajoutent des valeurs de respect des règles et de fairplay, de rigueur et de courage.

La boxe française est donc une APSA de premier choix pour développer les compétences motrices, méthodologiques et sociales de vos élèves dans le cadre de l’EPS !

Un sport d’opposition qui relève du CA 4

La boxe française fait partie des disciplines listées dans le Champ d’Apprentissage “Conduire et maîtriser un affrontement individuel”. Les compétences visées sont :

• La recherche du gain de la rencontre par la mise en œuvre d’un projet en prenant en compte les caractéristiques du rapport de force.
• L’utilisation au mieux de ses ressources physiques et de motricité pour gagner en efficacité dans une situation d’opposition donnée et répondre aux contraintes de l’affrontement.
• L’adaptation rapide au changement de statut défenseur / attaquant.
• Le co-arbitrage d’une séquence de combat.
• L’anticipation de la prise et du traitement d’information pour enchaîner des actions.
• La mise au service de l’autre pour lui permettre de progresser.

Comment initier ce sport de combat à vos élèves ?

Il existe plusieurs formes de compétition en boxe française : le duo, l’assaut et le combat.
Pour une découverte sereine de la discipline, mieux vaut miser sur la deuxième, l’Assaut. Elle est dénuée de toute violence ! Les tireurs ou les tireuses doivent toucher leur adversaire avec une force et une puissance minimale et non le frapper.
En plus d’être sécuritaire, ce principe de touches présente deux avantages. D’abord, les élèves se défont plus facilement de la peur, souvent rencontrée, de faire mal ou de se faire mal. Et puis cela force l’apprentissage de la maîtrise de soi et de la gestion des émotions !
S’agissant du programme, les incontournables de ce sport d’opposition sauront très certainement captiver l’attention de vos apprentis tireurs.
Vous devez notamment y inclure:

Le salut
Le salut est présent dans presque tous les sports de combat et arts martiaux. En boxe française, il est le signe de l’acceptation des règles et que les combattants sont prêts. Sa gestuelle se décompose en 3 temps :
1/ Les tireurs se font face en position debout, pieds joints et bras le long du corps.
2/ Les tireurs placent leur main droite sur le cœur.
3/ Les tireurs déplient leur bras vers l’avant pour revenir dans leur position initiale.

Quelques coups de base
Bien que considérée comme l’un des sports de combat les plus techniques, la boxe française compte quelques coups facilement accessibles aux débutants.

Les coups de poings les plus abordables sont le direct et les crochets. Comme son nom le laisse deviner, le direct se réalise avec une trajectoire rectiligne et un mouvement d’extension du bras qui part de la position de garde vers l’avant pour toucher les parties frontales de l’adversaire. Le crochet, quant à lui, vise les zones latérales de l’opposant. Il s’effectue avec un mouvement à la fois circulaire et horizontal.

Précisons que les coups de poings se réalisent uniquement avec le devant du poing, c'est-à-dire avec les premières phalanges des index, majeurs, annulaires et auriculaires.

Au niveau des coups de pieds, les techniques envisageables sont le fouetté et le chassé latéral. Le premier se délivre avec le dessus ou la pointe du pied, selon une trajectoire circulaire extérieur-intérieur qui mobilise le bassin et les hanches. Il a pour objectifs d’impact les zones latérales des jambes, du buste ou de la tête de l’adversaire. À l’inverse, le chassé latéral vise les parties frontales hautes, médianes et basses. Il se donne avec le dessous du pied dans un mouvement en trois temps : montée du genou, rotation des hanches vers l’adversaire et extension de la jambe à l’horizontal. Certaines techniques de boxe française sont en revanche, et de préférence, à éliminer de vos enseignements. C’est notamment le cas du coup de pied bas qui se porte en dessous des genoux et peut s'avérer douloureux si vous ne disposez pas de protège tibias. Évitez également les uppercuts et les swings qui sont moins sécuritaires.

La garde
La garde est un élément de défense essentiel. Son objectif premier est d’assurer la protection des parties sensibles du corps. S’il en existe différents types, la plus simple à enseigner est la garde “classique”. Elle se tient avec les gants positionnés à la hauteur et proches du menton (lui-même légèrement rentré) afin de conserver une bonne visibilité des intentions de l’adversaire et d’agir en conséquence. Le bras fort doit être légèrement en retrait du second et les jambes suivent la même posture. Les coudes sont, eux, serrés et recouvrent le buste. Lors d’une attaque, la garde doit être adaptée en fonction des coups de l’adversaire. En cas de coup au visage, le tireur attaqué peut par exemple rentrer davantage la tête derrière les gants.

Les rôles de l’arbitre et des juges
Lors d’un match de boxe française, les tireurs sont encadrés par un arbitre et des juges aux rôles différents. La mission de l’arbitre consiste à garantir le respect des règles et la protection des combattants. Il peut, en cas d’infraction ou de danger, commander oralement l’arrêt du combat ou intervenir physiquement pour séparer les tireurs. Les sanctions possibles sont la remarque, l'avertissement et la disqualification.

Les juges doivent, de leur côté, prendre en charge la comptabilisation des points qui définissent le vainqueur. Les zones touchées avec les poings valent 1 point tandis que celles atteintes avec les pieds valent 1 point pour les jambes, 2 points pour le buste et 3 pour la tête. Enfin, la notation finale prendra en compte les avertissements donnés par l’arbitre (moins 1 point par avertissement).

Les attendus en fin de cycle

Dans le cadre du CA 4, les élèves de 4e, 5e et 3e doivent, en situation d’opposition réelle et équilibrée, être en mesure de :
• Réaliser des actions décisives en situation favorable afin de faire basculer le rapport de force en leur faveur ou en faveur de leur équipe.
• Adapter leur engagement moteur en fonction de leur état physique et du rapport de force.
• Être solidaire de leurs partenaires et respectueux de leur(s) adversaire(s) et de l’arbitre.
• Observer et co-arbitrer.
• Accepter le résultat de la rencontre et savoir l’analyser avec objectivité.

Les besoins matériels

La boxe française est une APSA relativement facile à mettre en place au collège ou au lycée.

Concernant les infrastructures, la discipline se pratique en intérieur. Dans une salle de sport ou un gymnase, avec un sol lisse. Pour le ring, vous pouvez opter pour des aires de combat carrées de 3 à 5 mètres de côté, encadrées par des tapis ou délimitées par des plots. (Pensez également à séparer chaque ring par des couloirs de sécurité.)

L’équipement des tireurs se compose de chaussures adaptées, short ou pantalon de sport, T-shirt et bien sûr de gants de boxe. Les protections recommandées concernent essentiellement les protège-dents, surtout en cas de port d’appareil dentaire. Dans le cadre d’une découverte, l’utilisation de casques ne paraît pas obligatoire, sauf pour les enfants équipés d’accessoires que leur santé impose de conserver absolument comme des lunettes ou une aide auditive. Elle peut aussi éventuellement être envisagée en fin de cycle lorsque les touches à la tête deviennent plus fréquentes.

Pour les exercices, vous pouvez vous munir de sacs de frappe, boucliers et pattes d’ours pour entraîner vos élèves aux techniques exposées précédemment. Sans oublier la corde à sauter, indispensable pour travailler le jeu de jambes !

Découvrir notre matériel Sports de combat

Ceci peut vous intéresser

Nos conseils nutrition pour l'activité physique et le sport à l'école

L’activité physique est de plus en plus présente à l’école. Comme pour les adultes

En savoir plus >
Vélotaf : Comment garantir la sécurité de mon collaborateur cycliste ?
Passer au vélo est une solution bénéfique aussi bien pour les employeurs (RSE, ma
En savoir plus >
Lancer de poids cycle 3

Vous souhaitez mettre en place un cours de lancer de poids en cycle 3 (CM1, CM2 et

En savoir plus >