Chargement en cours...

Baisse des températures : Quelles solutions pour y faire face ?

L’hiver s’installe et avec lui des températures traditionnellement basses. Un mot d’ordre : veillez à ce que vos joueurs se protègent ! Car le froid présente des effets néfastes qu’ils ne soupçonnent peut-être pas et contre lesquels il est facile d’agir. Explications.
L’hiver s’installe et avec lui des températures traditionnellement basses. Un mot d’ordre : veillez à ce que vos joueurs se protègent ! Car le froid présente des effets néfastes qu’ils ne soupçonnent peut-être pas et contre lesquels il est facile d’agir. Explications.
Sommaire
À chaque temps ses vêtements

La pluie, compagnon régulier du footballeur

Un rôle à jouer pour l’éducateur

Durant l’effort, le corps produit de l’énergie et donc de la chaleur, l’idéal étant de pratiquer le football à des températures comprises entre 10 et 20°C. Mais que se passe-t-il lorsque le thermomètre avoisine les 0°C ? Si le froid a relativement peu de conséquences d’un point de vue musculaire - à condition d’être bien échauffé et cramponné - il peut générer des soucis infectieux (rhino-pharyngite, bronchite, angine…). Et pour cause, lorsque vos joueurs transpirent par temps glacial, une forme de condensation se forme à la base du cou et du cuir chevelu. De quoi attraper froid s’ils ne sont pas suffisamment couverts lors des « temps faibles » de la séance. À noter que ce sont les extrémités (mains, cuir, chevelu, pieds) qui sont les plus exposées, le froid provoquant par ailleurs un engourdissement qui altère les habiletés techniques et motrices. D’où la nécessité de veiller à porter des vêtements thermiques qui maintiennent une température corporelle à l’effort, entre 38 et 39°C.

À chaque temps ses vêtements

À l’entraînement ou en match, la tenue ne se choisit pas au hasard. Bien s’équiper, c’est avant tout être libre de ses mouvements sur le terrain afin de donner le meilleur de soimême. Par tous les temps, on retrouve les essentiels : le maillot, le short, la paire de chaussettes, les protèges tibias ainsi que la paire de crampons adaptée à la surface (herbe ou synthétique). En cas de mauvais temps, n’hésitez pas à encourager les parents à compléter la tenue de leurs enfants par des équipements adaptés à la pratique :

  • un sous-maillot qui conservera la chaleur corporelle grâce à sa matière et sa coupe proche du corps, absorbera la transpiration et l’évacuera à l’extérieur pour garder une peau sèche,
  • un sous-short ou collant thermique aux mêmes capacités techniques que le sousmaillot,
  • un bonnet, un cache-cou et des gants (attention, les deux premiers cités sont interdits sur le terrain pendant les matchs),
  • un coupe-vent qui, grâce à sa matière imperméable, protégera du vent et de la pluie.

Grâce à cela, vos joueurs diront stop aux gros pulls et pantalons ou encore aux manteaux en fourrure totalement inadaptés à la pratique du football. Veillez également à ce qu’ils utilisent le survêtement du club uniquement le jour du match pour représenter leur équipe.

La pluie, compagnon régulier du footballeur

Jouer au football sous la pluie n’est jamais aisé, que ce soit d’un point de vue moral ou du confort. S’équiper spécifiquement est là aussi nécessaire. Premièrement, il est important de ne pas utiliser de matière absorbante pour éviter que vos joueurs deviennent des « éponges ». Après qu’ils aient choisi les chaussures adaptées, qui feront la différence sur leurs appuis, conseillez-leur d’opter pour un haut imperméable et léger qui leur permettra de garder une aisance de mouvements. Celui-ci devra être respirant et garantir la bonne évacuation de la transpiration. Pour le survêtement ou le short, pas besoin de rechercher une imperméabilité optimale, au risque de perdre en efficacité et en confort. Une fois rentrés aux vestiaires, faites-les se changer rapidement pour ne pas laisser macérer les vêtements mouillés et encouragez une douche chaude tout en soulignant l’importance de faire sécher chaussures et semelles pour la séance suivante.

Un rôle à jouer pour l’éducateur

Les basses températures ont aussi un impact sur le moral de vos troupes pouvant se traduire par un manque de motivation, de l’irritabilité voire de la déprime. Outre la température, c’est aussi le manque de lumière naturelle qui peut impacter la qualité du sommeil et même engendrer quelques situations de stress à l’approche de la compétition. Pour lutter contre ces phénomènes, vous pouvez sensibiliser vos joueurs à la nécessité de bien dormir la veille de match et à relativiser les situations de tension à l’approche du coup d’envoi. Même chose pour la perte de motivation. Là encore, vous avez un rôle à jouer en privilégiant des moments de partage ou activités de cohésion sortant du cadre du football et permettant à vos joueurs de renforcer les liens qui les unissent. Pourquoi ne pas organiser aussi un tournoi de futsal pour casser la routine ? Enfin, pensez à les rassembler lors de manifestations organisées par le club telles que l’Arbre de Noël, les tournois de l’École de foot ou autres évènements collectifs.

Ceci peut vous intéresser

Comment aménager une salle de fitness en entreprise

Vous souhaitez créer un espace sportif au sein de votre entreprise ? On vous conseille ... En savoir plus >

Savoir danser : tout connaître de la danse en EPS

Notre partenariat avec l’USEP nous permet de vous proposer du contenu facile à déployer ... En savoir plus >

Tournoi tennis de table : comment l’organiser en milieu scolaire ?

Depuis quelques années, le tennis de table est devenu un incontournable dans le programme ... En savoir plus >